Vous êtes ici

IDM 2020 : Appuyer les sages-femmes marocaines qui défient la pandémie au COVID-19 pour continuer à sauver les femmes et les nouveau-nés

Yasmine, Nouha, Afaf et des dizaines d’autres sages-femmes marocaines animent les réseaux sociaux depuis la journée internationale de la sage-femme, en partageant leurs photos en pleine action. Par cette mobilisation, elles entendent démontrer leur engagement infaillible sauveur de vie, même en ces temps marqués par la pandémie au COVID-19.

Répondant au rendez-vous de la célébration de la journée internationale, elles étaient une centaine de sages-femmes à prendre part aux travaux de la conférence en ligne organisée sous le thème : « L’intelligence émotionnelle : quelle utilité dans l’exercice de la profession de sage-femme face à la pandémie COVID-19? ».

Dans cette conférence organisée par UNFPA en étroite collaboration avec les associations professionnelles de sages-femmes au Maroc, Dr. Smail Aachati, Doyen de la Faculté Abulcasis des Sciences Infirmières et du Management Hospitalier de Rabat et Consultant en stratégie ingénierie et management des organisations sanitaires, a été invité pour animer les travaux de cette conférence tenue dans l’objectif d’apporter aux sages-femmes le soutien nécessaire leur permettant de continuer à venir en aide aux femmes les plus vulnérables.

La célébration de la journée internationale de la sage-femme vient cette année dans un contexte marqué par une crise mondiale sans précédent qui frappe au cœur du système de la santé, limitant particulièrement l’accès des femmes à des services vitaux et urgents.

Monsieur Luis Mora, Représentant du Fonds des Nations Unies pour la Population au Maroc a rappelé que « la pandémie du COVID-19 pourrait en effet avoir des répercussions désastreuses sur les femmes et les filles ».

En effet, selon les prévisions de UNFPA, des centaines de millions de femmes seraient dans l’impossibilité d’accéder à des méthodes de contraception modernes, si les mesures de confinement se prolongent pendant les prochains 6 mois. On pourrait par ailleurs recenser 31 millions de cas supplémentaires de violence basée sur le genre et 7 millions de grossesses non désirées seraient prévues.

Dans ce contexte, UNFPA soutient les sages-femmes qui sont l’épine dorsale des systèmes de santé reproductive. Car, non seulement elles aident les femmes à mettre au monde les bébés mais leur mission va bien au-delà.

Les sages-femmes qui se trouvent en première ligne de la lutte contre le COVID-19 dénoncent les décès maternels évitables et l’absence de planification familiale. Elles alertent aussi sur la violence basée sur le genre et sur toutes les pratiques néfastes comme les mariages d’enfants. Elles sont un vecteur de progrès vers l’égalité des sexes.

Dans un communiqué conjoint lancé par UNFPA avec l’Association Marocaine des Sages-Femmes et l’Association Nationale des Sages-Femmes du Maroc, à l’occasion de la célébration de la journée internationale, les partenaires se sont félicité du partenariat fort avec le Ministère de la Santé. Ils se sont aussi engagées pour continuer à appuyer la profession, notamment en concrétisant le projet de création de l’Ordre National des sages-femmes, qui permettra de concilier le mieux entre qualité de prestations, protection des femmes et autonomie des sages-femmes

Les associations de sages-femmes ont également rejoint UNFPA dans la conduite de l’Opération SALAMA lancée par le bureau pays en étroite collaboration avec les partenaires institutionnels et de la société civile pour appuyer la réponse du gouvernement marocain au COVID-19.

Au même titre que les femmes enceintes les plus vulnérables, les sages-femmes ont été priorisées dans la conduite de cette opération. Des “Salama Kits” pour l’hygiène et la prévention du COVID-19 ont été mis à la disposition de plusieurs centaines de sages-femmes.

Parallèlement, d’autres actions sont mises en œuvre pour plus d’investissements dans la profession sage-femme. En impliquant l’ensemble des partenaires, ces actions visent à continuer à renforcer la profession par la formation de base et le renforcement des capacités des sages-femmes afin de garantir les conditions nécessaires de travail et de procurer des services de santé reproductive de qualité à différents niveaux d’intervention.