Vous êtes ici

Retour sur la participation de la délégation marocaine au Sommet de Nairobi sur la Population et le Développement

Les ateliers d’échange d’informations, de débats et conférences ont montré que l'autonomisation des sociétés dépend de l'autonomisation des femmes et des filles pour qu'elles puissent faire des choix, décider par elles-mêmes de la façon dont elles veulent vivre et prendre le contrôle de leur corps, de leurs droits ainsi que leur santé sexuelle et reproductive.

Samah Naggar, Y-PEER

Une vingtaine de représentants des départements gouvernementaux, des organisations de la société civile, des organisations de jeunesse, des médias et des parlementaires ont fait partie de la délégation marocaine au Sommet de Nairobi sur la Population et le Développement.

Le Sommet, organisé par les gouvernements du Kenya et du Danemark, conjointement avec l'UNFPA, a réuni plus de 9 500 participants provenant de plus de 170 pays, s'unissant derrière la Déclaration de Nairobi, qui a établi un agenda commun pour achever le Programme d'action de la CIPD.

Le Sommet de Nairobi représentait une opportunité de grande importance permettant des échanges fructueux en matière de population et développement avec des experts, politiciens, universitaires, organismes de société civile et autres. Une occasion de s'arrêter sur les expériences de la diversité démographique pour stimuler la croissance économique et parvenir au développement durable. Mais aussi, une possibilité de communiquer les avancés du pays en matière des thèmes abordés et permettre de discuter des défis et échanger les expériences avec les participants venant de différents pays et contextes. Un tel Sommet ouvre surtout des perspectives énormes de partenariat et de consolidation des efforts.

Issam CHIADMI, Chef de Département du Suivi de la Politique de Population - CERED

Durant la cérémonie de clôture de ce Sommet de haut-niveau, un engagement solennel a été pris pour transformer le monde en mettant un terme, d'ici à 2030, aux décès maternels évitables, aux besoins non satisfaits en planification familiale et aux violences basées sur le genre et autres pratiques néfastes envers les femmes et les filles.

Le Sommet a aussi permis aux communautés marginalisées, aux jeunes et aux militants communautaires de faire entendre leurs voix, et ces derniers ont pu interpeller directement les chefs d'État et les responsables des politiques publiques sur la manière de garantir les droits et la santé des populations.

Le sommet était une opportunité pour la synergie des efforts de tous les partenaires pour assurer les droits à la santé sexuelle et reproductive, et leur implication dans les stratégies et les politiques des pays, en vue d’atteindre les objectifs de la CIPD.

Nadia Ouzahra, Présidente de l’Association Marocaine des Sages-Femmes

Les participants au Sommet ont également pris des engagements spécifiques et concrets pour aider le monde à atteindre ces objectifs ambitieux, mais réalisables. Des engagements ont été formulés par les gouvernements, la société civile, les associations de jeunes, les organisations confessionnelles, les universités et bien d'autres.

La conférence a ainsi mobilisé plus de 1 200 engagements provenant du monde entier. Les engagements spécifiques de l’association Y-PEER Maroc ont, quant à elles, mis l’accent sur la promotion de la santé sexuelle et reproductive, des droits reproductifs, de l’égalité de genre et de la participation des jeunes, en particulier les plus vulnérables, y compris les populations en situation de handicap. L’association s’est aussi engagée pour engager des actions visant à mettre fin à la violence basée sur le genre et au mariage d’enfants et à promouvoir l’autonomisation de la femme.

Suite à l’engagement commun et fort qui a émané du Sommet de Nairobi, il est de notre devoir aujourd’hui de participer à prendre des mesures concrètes pour influencer le cadre normatif et les politiques publiques permettant d’assurer le respect, la protection et la promotion les droits fondamentaux des femmes et des filles, surtout leurs droits reproductifs.

Touriya Faraj, Députée à la 1ère chambre 

Le Sommet de Nairobi a aussi mobilisé des milliards de dollars de promesses de contributions de la part de partenaires des secteurs public et privé.