Actualités

Témoignages de jeunes : Le réseau Y-PEER est une mine inépuisable d’apprentissage

19 avril 2018

Je rêve d’une jeunesse marocaine active et engagée. Je crois que nous pouvons donner l’exemple pour intéresser les jeunes à la participation civique et au bénévolat.

C’est ainsi que Zouhir, Point focal du réseau Y-PEER au Maroc et étudiant en Master « Anthropologie et Sociologie du Changement » à l’Université Moulay Ismaïl de Meknès, voit la mission des membres du réseau pour hisser la jeunesse marocaine au rang d’acteurs de développement.

Originaire d’El Kbab, village annexé à la province de Khénifra, j’ai toujours été engagé pour la jeunesse de ma région. Avant de connaître le réseau Y-PEER en 2010, j’ai déjà été actif dans le club citoyenneté et droits de l’homme au lycée ainsi que dans la maison des jeunes de mon village natal. Durant ces années, le réseau m’a permis de continuer dans cette voie, avec davantage de connaissances et de techniques, en particulier sur l’approche de l’éducation par les pairs.

UNFPA, Fonds des Nations Unies pour la Population, considère que les jeunes sont le moteur du changement et estime qu’une attention particulière doit être accordée aux défis et aux opportunités offertes par la poussée démographique de la jeunesse au Maroc afin de réaliser l’agenda 2030 du développement durable.

UNFPA agit en coopération avec des partenaires nationaux et de la société civile pour permettre aux jeunes de jouir de leurs droits au meilleur état de santé et de bien-être, à une éducation de qualité et à la réalisation de leur plein potentiel. C’est dans cette optique que UNFPA appuie les actions du réseau Y-PEER au Maroc et dans plusieurs autres pays du monde.

Grâce au réseau Y-PEER, j’ai acquis plusieurs connaissances et techniques sur la santé sexuelle et reproductive, la violence basée sur le genre et les objectifs de développement durable. Par ailleurs, le réseau m’a permis de pouvoir mieux affronter le public et de développer une démarche non stigmatisante. Aujourd’hui, j’accepte la différence de l’autre. J’ai aussi profité de la richesse des échanges avec les participants aux ateliers que j’ai eu l’occasion d’animer.

Le réseau Y-PEER au Maroc fait partie de 45 réseaux nationaux actifs dans le monde. Adaptant les ressources fournies par le réseau international à l’environnement local, cette initiative préconise l’épanouissement et la participation des jeunes afin de préparer un avenir solide et viable dans lequel ils pourront participer à la prise de décision et aborder librement une vie d’adulte productive.

Le réseau Y-PEER est une mine inépuisable d’apprentissage, où il nous arrive aussi d’apprendre des femmes et des jeunes que nous rencontrons dans les sessions de sensibilisation. Par exemple, une fille de 10 ans m’a appris comment aborder la question de la santé sexuelle et reproductive avec les plus jeunes. Ce fut lors d’une session que j’ai animée au profit d’un groupe d’adolescents dans une colonie de vacances. Je craignais au départ ne pas pouvoir rendre accessible l’information à ce groupe mixte âgé entre 10 et 16 ans. Mais, la richesse des échanges m’a permis finalement d’adapter les messages et les techniques, que j’utilise désormais dans les sessions que j’anime avec cette tranche de la population.

Le réseau Y-PEER compte plus de 5000 éducateurs pairs au Maroc. Des actions d’éducation, de formation, de sensibilisation et d’autonomisation des jeunes sont mises en œuvres avec les principaux partenaires et concernent des milliers de jeunes chaque année.

Né dans une zone rurale, où se rendre à la ville était considéré comme un exploit, je suis aujourd’hui ravi du changement dans la vie des jeunes de ma région. Beaucoup, cependant, reste à faire pour faciliter l’accès des jeunes à une information fiable et permettre leur intégration dans la vie sociale, politique et économique.