Vous êtes ici

Une contribution d’environ 4 millions de dollars du Royaume du Danemark en partenariat avec UNFPA pour appuyer la relance post COVID-19 au Maroc

Rabat, le 29 juin 2021 – En appui à la riposte du gouvernement du Maroc à la crise du COVID-19, le bureau pays de UNFPA, Fonds des Nations Unies pour la Population au Maroc et le Ministère des Affaires étrangères du Danemark ont signé un Mémorandum d’Entente pour renforcer l’accès des femmes et des filles en situation de vulnérabilité aux droits et services essentiels et assurer leur autonomisation socio-économique.

Ce Mémorandum d’entente signé à l’occasion de la visite du Ministre des Affaires étrangères du Danemark à Rabat, donne le coup d’envoi au Projet ACCESS auquel une contribution budgétaire d’environ 4 millions de dollars a été dédiée par le Royaume du Danemark en partenariat avec UNFPA.

Le Projet ACCESS vise à assurer la continuité des services de soins de santé primaires essentiels et le renforcement des mesures de prévention et d'hygiène contre la pandémie de COVID-19. Le projet va être aussi axé sur la continuité des services essentiels relatifs à la prise en charge de la violence basée sur le genre pour les femmes et les filles durant la crise, et à promouvoir l'autonomisation économique des femmes.

Partenaires clés du Projet ACCESS, le Ministère de la Santé et le Ministère de la Solidarité, du Développement Social, de l’Egalité et de la Famille vont collaborer ensemble et conjuguer leurs efforts avec ceux des organisations de la société civile pour la mise en œuvre des actions de terrain.

En effet, parallèlement au actions au niveau central, le projet adoptera une approche territoriale pour être mis en œuvre au niveau de quatre régions notamment : Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Beni-Mellal-Khénifra, Marrakech-Safi et Fès-Meknès.

En adoptant le principe de ne laisser personne pour compte, ce projet va être axé sur la population la plus vulnérable parmi les femmes enceintes et en âge de procréer, les filles dans les zones rurales, les adolescent(e)s, les jeunes et les personnes en situation de handicap.